2008-01-17

SALE TEMPS DANS LA RÉPUBLIQUE DES LETTRES


Ce blog va finir par devenir un cahier de condoléances...
La fin du mois de décembre a frappé deux figures emblématiques des lettres française : Julien Gracq (1910–2007), dernier monstre sacré d'un monde littéraire aujourd'hui révolu, et l'éditeur Christian Bourgois (1933-2007).

La mort de Bourgois m'a touché particulièrement tellement je lui suis redevable d'une grande partie des mes plaisirs littéraires.
Les éditions de Bourgois m'ont accompagnés dès que j'ai commencé à m'intéresser à cette littérature que l'on n'étudie pas au lycée et peu dans l'université française. La collection 10/18 était alors un laboratoire de la scène expérimentale et de la pensée révolutionnaire, à un prix modique. On pouvait y lire aussi bien les théories esthétiques de Trotsky ou Lénine que les recherches psychanalytiques dissidentes ou de l'antipsychiatrie ; Burroughs, Gysin, Ginsberg cotoyaient les oeuvres complètes de Stevenson ; la réhabilitation des Grands Rhétoriqueurs et autres figures oubliées du Moyen-âge avait sa place près des grands débats des Colloques de Cerisy (Artaud, Bataille, Duchamp, la Nouvelle Critique...).
Puis Bourgois fut le premier à publier, promouvoir et valoriser par de superbes éditions le meilleur de la littérature portugaise : l'impossible édition des oeuvres complètes de Pessoa, le choc Lobo-Antunes...

December was a sad and cold period for the french literature. Our last old great writer of the 20th Century Julien Gracq died at 97 and publisher Christian Bourgois at 74.
The death of Bourgois touched me particularly, because he's responsible of a great part of my literary pleasures. In the 70's-80's 10/18 collection, I discovered the Beat Generation, Medieval Poetry, Lenin's and Trotsky's Art Theories, Psychoanalytics dissidences, Stevenson's great work, Modernists and Post-Modernists Esthetics...
And Bourgois was the first in France, and in Europe, maybe before Portugal itself, to publish, promote and develop by superb editions the best of the Portuguese literature : Fernando Pessoa and Antonio Lobo Antunes.
You can read the review by "The Independant" here
:

Today is a sad day too. The son of Françoise Dolto (french psychoanalyst) died. Another big man of the french culture passed away...

2 commentaires:

jd45 a dit…

Je ne sais lequel des trois disparus est le plus connu ...

armeur H a dit…

En France, Carlos. Dans le reste du monde, Julien Gracq.