2008-05-30

CATALOGUE DE LA GALERIE DU CARTABLE


Le catalogue de la galerie du cartable, Les Traversées audiovisuelles 1999-2004, est en vente à la librairie du Lieu Unique de Nantes
The retrospective catalogue of the Satchel Gallery, a french artists collective (video movies, installations, happenings and performances), is sold at the Bookshop of the Cultural Center "Le lieu unique". Tél. 00 33 240 476 483
ventdouestalu-at-hotmail.com

Edition 2004. Textes Fabrice Cotinat, David Legrand, Henrique Martins-Duarte, Jean-Marc Bermès, Kathy Alliou, Boris Lehman et la participation de Michel Aubry.
Couleur, 22 x 17 cm, 120 pages. Coédition La galerie du cartable/Galerie Manet, Gennevilliers/DRAC Poitou-Charentes.

2008-05-25

Einstürzende Neubauten - Stahlmusik (1980)


One of the first releases of E.N., pre-"Kollaps" era, when the band was formed by Blixa, N. U. Unruh, Beate Bartel (who played after with Chrislo Haas from DAF on "Liaisons Dangereuses") and Gudrun Gut (Malaria! frontgirl).
http://sharebee.com/6acd7869

2008-05-18

DESTINATION ZON (France Info 18 mai)



Dimanche 18 mai sur France Info est passé un petit reportage sur le projet de psychanalyse urbaine. On peut écouter, lire et voir quelques photos sur le site de France Info : Une ville sur le divan
Extrait
Vierzon, sous-préfecture du Cher, célèbre grâce à quelques mots de Brel ("T’as voulu voir Vierzon / Et on a vu Vierzon") a connu hier une expérience inédite : à mi chemin entre le happening artistique et la thérapie de groupe. Grégory Philipps a tout vu et entendu...
On appelle ça de la psychanalyse urbaine ! Une cinquantaine de transats ont été installés hier après midi en plein centre ville pour une séance de thérapie collective. L’idée, c’est de voir pourquoi cette petite ville de moins de 30.000 habitants est (selon les termes du psychanalyste qui mène cette expérience) atteinte de "névrose profonde" ! Les habitants évoquent pèle-mêle : la désindustrialisation, la population qui vieillit, et même parfois la chanson de Jacques Brel. Elle aurait donné une mauvaise image de la ville...


On peut regretter l'absence d'information sur David Legrand, le principal protagoniste et initiateur du projet... Et sur l'insistance absurde du reportage à parler de thérapie de groupe et de psychanalyse collective, alors qu'il s'agit avant tout d'un acte artistique et d'un épisode d'un film en cours de tournage avec les étudiants du lycée de la ville...

2008-05-16

DESTINATION ZON (Le Monde 2 du 16 mai 2008)


Sorti ce jour dans les kiosques, Le Monde 2 avec un article sur le projet de David Legrand et Laurent Petit à Vierzon.
Pour lire l'article : t'as voulu voir Vierzon

EXTRAIT
Vierzon ? Une ville désindustrialisée qui vieillit, une chanson de Brel mondialement connue. Et aussi un lieu d'expérimentation : ce samedi, cinquante élèves d'un lycée, sous l'œil d'un vidéaste et d'un psy, organisent une séance de psychanalyse collective. Pour exorciser la "mauvaise réputation" supposée de la cité.
Certains trouveront cela totalement loufoque. D'autres – qui sait – utile…

Les habitants de Vierzon, sous-préfecture du Cher située à 210 km au sud de Paris, sont invités à participer à un exercice quelque peu singulier, ce samedi 17 mai : une séance de psychanalyse collective, à l'échelle de la ville. Une cinquantaine de transats, ainsi qu'un divan de style Le Corbusier, vont être installés tout l'après-midi sur une esplanade située à deux pas de la gare SNCF. Le but : aider Vierzon à "sortir de ses névroses profondes", comme l'indique un prospectus.

Vêtus de blouses blanches et de cravates, cinquante élèves du lycée Edouard-Vaillant – un par fauteuil – s'apprêtent à recueillir les propos des "patients" volontaires, qu'ils filmeront sous l'œil d'un vidéaste professionnel et d'un "psychanalyste urbain". Un documentaire – provisoirement appelé Destination Zon – parachèvera cette expérience dont le point de départ est un postulat aussi diffus qu'impalpable : la supposée "mauvaise réputation" que traîne cette ex-cité ouvrière de 28 500 habitants mondialement célèbre grâce à deux vers de Jacques Brel en 1968 ("T'as voulu voir Vierzon / Et on a vu Vierzon…") – et mondialement suspecte d'être ennuyeuse à souhait… […]

David Legrand et Laurent Petit, le vidéaste et le "psy" qui encadrent les élèves du lycée Edouard-Vaillant, ont imaginé ce projet d'introspection collective. "Le but n'est vraiment pas de se complaire dans la mauvaise image qu'a Vierzon à l'extérieur, mais de faire ressortir ce qui ne va pas et essayer de l'évacuer. Cette ville possède des atmosphères extraordinaires, en raison entre autres de son passé industriel. Son enthousiasme est simplement enfoui", explique David Legrand, créateur il y a quelques années d'un cartable-vidéo permettant de diffuser des films aux piétons.

2008-05-15

DESTINATION ZON (17 mai 2008)


Nous avons commencé le travail d'analyse proprement dite le mercredi 30 avril en compagnie de David Legrand (notre correspondant sur place) et d'un journaiste du Monde 2 venu spécialement soutenir l'opération.
Jamais une psychanalyse urbaine n'a pour l'instant été menée aussi précipitamment et avec aussi peu de moyens. On pourrait le déplorer mais la situation de Vierzon est aujourd'hui tellement grave qu'il serait particulièrement malvenu de s'attarder sur ce genre de détails... Cela dit, le soutien inespèré du lycée Edourad Vaillant et de la plupart de ses élèves nous va nous être d'un très grand secours dans ce processus d'analyse complètement inédit. Plusieurs élèves de cet établissement ont en effet proposé de s'improviser psychanalystes urbains afin d'aider l'ANPU à recueillir le maximum d'informations lors d'un travail d'analyse qui s'annonce fort resserré dans le temps. Lors d'une réunion improvisée en plein coeur de l'établissement, une jeune homme a même proposé de disposer cinquante divans devant la façade de la Société Française (une ancienne usine de tracteurs, un des points névrotiques majeurs de la cité). Toute une équipe de psychanalystes urbains va donc être formée (sans doute le 16 mai dans la matinée) afin de psychanalyser a Ville en une après-midi, celle du 17 mai, de 14 h 00 à 17 h 00!!!...
Cette proposition étonnante a été aussitôt validée par l'ANPU. Elle correspond bien à l'idée fondamentale de James Lawson, le fondateur de l'Ecole de la psychanalyse Urbaine, qui a toujours milité pour démocratiser la psychanalyse urbaine.
Cela étant, soyons très clairs là-dessus : cette opération est menée, non pas pour psychanalyser les Vierzonnais et les Vierzonnaises mais pour que les Vierzonnais et les Vierzonnaises nous aident à psychanlyser Vierzon. Le principe de "Destination Zon", le nom de code que nous avons donné à cette intiative, est bel et bien de recueillir le maximum de témoignages de Vierzonnais pour qu'ils nous aident à mieux cerner la personnalité de la Ville et à détecter les graves névroses qui l'affectent... Que les Vierzonnais et les Vierzonnaises ne viennent pas ce samedi 17 Mai en face de la Société Française en espérant se faire soigner, il faut plutôt qu'ils nous aident à soigner leur ville, j'espère que c'est bien clair pour tout le monde...
Nous avons donc besoin de vous, Vierzonnais et Vierzonnaises, pour nous aider à mener à bien ce beau projet.
Il faut vraiment que toute la population se mobilise pour nous permettre, le samedi 17 mai de détecter les terribles nervoses urbaines qui semblent affecter la ville et que l'ANPU s'engage à commencer à guérir dès que ces névroses seront détectées.
Il faut que toute la ville de Vierzon soit là ce jour-là, que tout le monde s'implique dans cette analyse d'un genre nouveau qui va permettre de mieux comprendre le passé de la Ville pour l'aider à enfin se projeter dans l'avenir.
L'ANPU compte sur vous, l'ANPU compte sur toutes les forces vives de la Ville de Vierzon pour nous aider, le 17 mai, à cerner la personnalité de cette ville si singulière mais pas si maudite que ce que l'on aurait pu penser initialement.
Il faut vraiment que vous soyez ce 17 mai des centaines, des milliers et même des dizaines de milliers pour qu'avec votre soutien la ville de Vierzon commence à remonter la pente et retrouve sa splendeur d'antan, d'ici 2050 si tout se passe bien et même avant si jamais on trouve des processus thérapeuthiques simples et efficaces à mettre en place...
Bon sang les gars, l'ANPU et les joyeux élèves du lycée Edmond Vailant comptent sur vous plus que jamais le 17 mai!
Plus que jamais le 17 Mai!
C'est une question de vie ou de mort pour la Ville!
C'est terriblement important!
"Sine tempus perdere" vivamus : aeternitas nos spectat."
Vivons sans temps mort, l'éternité nous regarde!

Laurent Petit, directeur de l'A.N.P.U. (l"Agence Nationale de Psychanalyse Urbaine")

2008-05-11

LIVE REVIEWS (avril 2008 - part II)


16 avril. Thee Silver Mt. Zion Orchestra + The Berg Sans Nipple. Olympic, Nantes.
Berg Sans Nipple ? Trop jeunes ? Trop systématiques ? Ennui certain.
En revanche Thee Silver Mt. Zion Orchestra, la classe ! 7 musiciens (deux violons, violoncelle, contrebasse, 2 guitares et batterie), tous très présents sur scène. Des clins d'oeil au public, juste ce qu'il faut. Des titres entraînants, d'autres poignants. Parfois un peu agaçant dans les choeurs en canon un peu faux. Trois rappels.

Berg sans nipple : too youngs ? too unexperimented ? too much the same structure. Boredom.
Thee Silver Mt. Zion Orchestra : great ! 7 musicians, strong on stage, some fun with the audience (but not too much), sometimes catchy, but sometimes strident (ach ! the female choir !). Big success.


24 avril. Japanese New Music Festival (Kawabata and friends). Point éphémère, Paris.
5 groupes pour un concert autour de Yoshida Tatsuya et Kawabata Makoto : Akaten (Yoshida-Kawabata), Ruins (Yoshida), Kawabata Solo, Acid Mothers Temple SWR et Zoffy. Un peu trop freak-impro à mon goût, mais Kawabata seul est absolument fabuleux. De bons moments bien bruyants et des oreilles fumantes en sortant. Et comme le dit Clémentine, Kawabata et O'Malley doivent avoir le même coiffeur.

Five bands with Yoshida Tatsuya & Kawabata Makoto (Akaten, Ruins, Kawabata solo, Acid Mother Temple SWR, Zoffy). A big freak show, but too much improv'for me, even if Kawabata solo is absolutely favbulous ! Good moments powerfull and noisy. And, as Clémentine said, Kawabata and O'Malley may have the same hair-dresser.

video
video

LIVE REVIEWS (avril 2008 - part I)


3 avril. Phil Niblock. Musée des Beaux-Arts de Nantes (Nantes' Fine Arts Museum)
Le cadre est chouette : dans une des salles du musées sont installés deux écrans face à face entre lesquels est placé une table où Niblock officiera sur son macbook, juste en-dessous d'une belle toile réaliste du XIXes français. Sur les écrans sont projetés des super 8 qui relatent la vie des pêcheurs (au Portugal à gauche - d'ailleurs j'ai cru reconnaître ma bonne ville de Peniche - en Afrique à droite). Une heure de concert au final assez décevante, Niblock se contentant de se cacher derrière l'écran de son ordi et diffuser quasiment sans rien changer l'album Touch25. Au point où pour le dernier quart d'heure, Niblock est parti et a laissé l'ordinateur tourner tout seul. Minimaliste mes couilles.

Niblock played on a room of the museum, arounded by XIX century french paintings and two screenings of old super 8 movies about fishing (Peniche, Portugal on the left, Africa on the right). One hour long concert, very disappointing, Niblock behind his laptop, played the Touch25 record, soulless. The 15 last minutes the macbook played alone, Niblock had just quit the room... minimalist piss off !


I.D.E.A.L. (Irresistible Dirty Extra Action Lovers); Lieu Unique, Nantes.
Le festival des musiques décalées de Nantes a toujours été un gros événement où on a pu voir la fine fleur de la scène dite "underground" (Alan Vega, Lydia Lunch, Charlemagne Palestine & Tony Conrad, My Robot Friend, Einstürzende Neubauten, Pan Sonic, Martin Rev, Current 93 w/ Om & Six Organs Of Admittance, Wire, Carsten Nicolai, Thee Majesty, JJ Perrey, People Like Us, Blectum from Blechdom, Coil...). Mais cette année... rien. Rien de rien. Que de la daube, qui se veut décalée, originale, sexy... Le seul truc à se dégager de cette tourbe de guimauve périmée fut le premier concert : Bob Log III, drôle, rock et péchu. Au point que deux jolies jeunes filles se sont installées sur ses genoux, la jupe virevoltante. Sinon, le reste, à oublier.

The bi-annual alt. music festival of the cultural center of Nantes is always a big show. We could see on the last years some of the best bands of the so-called underground scene (see above). But this year... nothing. Only over-appreciated shit, silly bands and cheesy performances. To forget. Only one thing to remember : the pretty chicks who climb on the stage to sit on Bob Log III's knees with their flying skirts !

video

2008-05-08

2008-05-06

APRÈS L'EDEN


Le Lieu Unique accueille une série d'événements (expo, concerts, performances, conférences, projections de films et tournages...) programmée dans le cadre du Groupe de Recherche "A Propos d'une Nouvelle École" de l'École des Beaux-arts de Nantes intitulée "Après l'Eden" (en référence au film d'A. Robbe-Grillet).
The Cultural Center "Le Lieu Unique" (Nantes, west of France) scheduled a serie of events connected to the Nantes'Art School's workshop called "About A New School". This events (exhibition, happennings, live concerts, movies, conferences, film footage...) is called "After Eden" a tribute to A. Robbe-Grillet's movie "Eden and After".

Parmi les moments forts de la programmation, on peut noter la projection des "Dialogues Fictifs" de la galerie du cartable, des films de Michel Aubry et David Legrand, mais aussi d'un concert de Rainier Lericolais.
Some of the schedule's key points are the "The Shadows's Dialogues" by La galerie du cartable (five movies about art & trash), the movies by Michel Aubry and David Legrand and a live concert of Rainier Lericolais, regular Simon Fisher Turner's collaborator).
(by the way, these three guys are old time friends of mine and I use to work with them)


Mais le point culminant est sans conteste l'Opérette de musique concrète, véritable spectacle de variétés dirigé par Michel Aubry, David Legrand et Rainier Lericolais, dans lequel Erich Von Stroheim croise Michel-Ange, Throbbing Gristle, André Malraux et sa propre marionnette.
But the climax is the one-shot "Concrete Music Operetta", a musical where the ghost of Erich Von Stroheim meets Michelangelo, André Malraux, his own puppet and listen to TG ! (If I am lucky, perhaps I'll play the music with Rainier !)

Plus/More :
Michel Aubry : www.michelaubry.fr/
Rainier Lericolais : myspace ou ososphere
sur David Legrand et la galerie du cartable : galerie octave cowbell ou Luang Prabang

APRÈS L'EDEN (pdf)

WHITEHOUSE LAST CONCERT


L'association nantaise MIRE propose avec l'association nantaise CABLE d'organiser le vendredi 30 mai une soirée mythique intitulée "WW". Warhol/Whitehouse.
A 20h : MIRE projettera sur deux ecrans "Chelsea Girls" d'Andy Warhol.
A 23h : Whitehouse commettra son dernier "live action" si l'on en croit Willy Bennett
ACT FINAL
It's with a rather heavy heart that I write to announce that the forthcoming dates in the UK this spring culminating with the May 30th concert in Nantes, will be the last that Philip and I do together. It's totally amicable and I have plenty of ideas and new plans for music and beyond, and PB will continue to do Consumer Electronics.


plus d'infos : cable nantes
potlatch2008 MIRE